Surgi des sables, un musée qui failli être et ne fut jamais

Alia Farid est née d’un télescopage, celui d’une mère portoricaine et d’un père koweïti. Depuis, sa vie s’étire entre les continents, entre des univers aussi éloignés l’un de l’autre que peuvent l’être les déserts du Golfe et les ressacs de l’océan Atlantique. Bardée de diplômes (école d’art à Porto-Rico, études d’art visuel au MIT, muséologie à Barcelone…) on lui doit, en collaboration avec l’artiste Jesus « Bubu » Negron, une série de tapis dont les motifs, les mosquées de Port-Rico, contribuent à bousculer les repères. La colonisation espagnole et l’expansion européenne s’offrent parées d’arabisme tout en se jouant des tapis de prière. Télescopage toujours.

Rencontre avec Claude Lévêque

Né à Nevers en 1953, et issu de l’école des Beaux-Arts de Bourges, Claude Lévêque est un artiste plasticien connu pour ses diverses installations. Avec ce médium, qui a émergé en France dans les années 1960, il repousse les frontières formelles et conceptuelles de l’œuvre d’art. L’espace, avec ses ombres, ses formes, ses vides, se métamorphose en œuvre. Le 11 janvier 2017, Artoris Magazine l’a rencontré.